Cet article s’adresse principalement aux adeptes des techniques mixtes ainsi qu’aux ”collagistes”.

Il existe plein de façons de coller des éléments dans nos œuvres comme il existe plusieurs façons d’envisager le collage.

Selon la surface et/ou l’objet du collage envisagé le type de colle variera.

Retenons que les médiums plus fluides sont utiles pour coller, papier, carton etc., tandis que les médiums en pâte et/ou en gel conviendront davantage au collage des objets en 3D.

Il est préférable d’utiliser les médiums conçus pour cette tâche pour s’assurer de la durabilité dans le temps et de la compatibilité avec les médiums jumelés avec les collages.

Une simple colle à usage commune a tendance à sécher et craqueler avec le temps tandis que les médiums de collage tel que le Binder et les gels sont plus souples et efficaces. Alors pour des raisons de conservation on privilégiera leur emploie.

Pour les papiers, cartons minces, papiers de soie le Binder 005 Amsterdam ou autre médium du genre conviendront.

Si vous souhaitez coller des items en 3D tel que boutons, bijoux etc. je privilégie l’emploie de gel acrylique mat ou brillant.

Les pâtes textures sont aussi efficaces pour incruster des éléments 3D.

À noter, les médiums utilisés varient la porosité de la surface, cela est important à planifier puisque les couleurs adhèreront différemment sur une surface brillante. Personnellement, je préfère coller avec les médiums mats.

Dans l’exemple ici-bas, le collage est fait avec un médium mat puisque je souhaite ensuite peindre par-dessus cette image (libre de droit). L’ajout de gesso transparent sur l’image avant de la peindre est une bonne option, ici sur les cheveux, j’ai posé du gesso blanc.

Utiliser vos propres images et photographies préférablement puisqu’elles sont uniques et que vous en détenez les droits; autrement prenez soin ‘’magasiner’’ sur les sites dédiés en ce sens tel que Pixabay, Unsplash etc.

Il m’arrive de faire des collages avec des chutes de papier savamment déchirés dans les magazines; je classe ces chutes par couleur et évidemment il est impossible de déceler la source de l’image.

On peut faire du collage sur les toiles montées sur châssis, du papier, du carton ainsi que sur du bois.

Pas à pas coq
Dessiner les grandes lignes du projet sur une surface de bois préalablement scellé avec du Binder, qui une fois sec aura été légèrement poncé.

Ici je propose de déchirer les pièces de papier afin de simuler le plumage de l’animal; chaque chute sera savamment collée selon la couleur utile et chaque morceau superposera une précédente pour obtenir le résultat souhaité. Un petit jeu de patience et d’observation.

Dessiner le coq sur la surface scellée.

L’arrière-plan peut être coloré, teinté avec le médium de votre choix, ici je propose des craies aquarelles Neocolor. Vous pouvez utiliser aussi de la peinture acrylique ou autre médium
compatibles. Pour le résultat final vous référer à l’image à la une de cet article.

Bon collage!

Anne-Marie