pastelsec

Étude de pastel sec

Sur mon chevalet et/ou sur ma table à dessin se succèdent plein d’idées et de médiums.

Aujourd’hui je renoue avec le pastel sec qui m’apporte un moment de détente et d’expérimentation.
J’ai choisi de travailler sur du papier pastel mi- teintes noir. Sachez que le papier pastel existe dans une variété de teintes, de textures et de marques différentes.

 

Dans les images pas à pas, vous constaterez que je pose d’abord des teintes plus pâles et planifie les lumières; chaque artiste procédera selon ses préférences et/ou le résultat souhaité.

Le pastel sec est disponible dans le format craie ainsi qu’en format crayon. La craie se travaille sur sa pointe, en utilisant son tranchant ou à plat.

C’est très bien de copier ce que l’on voit; c’est beaucoup mieux de dessiner ce que l’on voit plus que dans sa mémoire – Edgar Degas

Truc du métier : nettoyer, essuyer les craies pastel sur un chiffon si elles se salissent et/ou entreposez-les dans un contenant avec des compartiments dans lequel on déposera des grains de riz non-cuits.

L’un de mes artistes préféré est sans aucun doute Edgar Degas pour qui le pastel semble être le médium de prédilection.

Anne-Marie Boisvert
Artiste, blogueuse

Avertissement : Les informations contenues dans cet article sont données en toute bonne foi. N’ayant aucun contrôle sur les connaissances du lecteur, nous nous dissocions des résultats qui pourraient s’ensuivre.

akua

Encres Akua /Impression monotype etc

Le domaine de l’impression, de l’estampe, de la gravure est vaste et versatile, les procédés d’impression se font de différentes façons de manière directe et/ou  indirecte sur le support de son choix.

Le monotype est sans équivoque la façon la plus populaire pour imprimer un tirage unique.

Les autres techniques d’impression impliquent la gravure tel que la pointe sèche, la linogravure, la taille douce, l’eau forte, la chalcographie, la xylographie etc.

La gravure se réalise sur du bois, du cuivre, de l’aluminium, du linoléum, du plexiglas et autres matériaux dur mais friables.

Le but de ce banc d’essai est de vous faire découvrir l’encre Akua de la compagnie Speedball. Celle-ci est facile d’usage et non toxique. Les encres d’impressions traditionnelles sont à base d’huile, les encres Akua se manipulent sans contraintes puisqu’elles sont fait à base de gomme et/ ou à base de soya. On nettoie nos outils simplement à l’aide d’eau savonneuse.

Pour se familiariser avec les encres Akua, nous avons fait plusieurs essaies d’impression monotype à l’aide d’une plaque mince en plexiglas et un rouleau, d’une spatule et/ ou un pinceau.

Les encres Akua ne sèchent pas rapidement, ce qui nous laisse tout le temps nécessaire pour créer le motif qui sera imprimé par la suite avec pression sur le papier sec ou mouillé de votre choix.

À noter l’encre Akua est disponible sous forme fluide (Liquid Pigment) ou sous forme solide à la consistance du beurre (Intaglio).

Les deux encres sont miscibles entre elles, on peut les modifier aussi en utilisant les médiums conçus à cet effet.  Important: elles se nettoient à l’eau savonneuse mais ne se liquéfie pas avec de l’eau; pour la fluidifier il faut utiliser la base transparente et/ou le “Blending Medium”.

Pour faciliter le transfert de l’encre vers le papier une mince couche de antiadhésif sur les couleurs facilitera l’impression surtout pour les couleurs métalliques (attente de 3 minutes avant de transposer le motif est préférable, par exemple pour faire des impressions fantômes).

Le degré d’intensité et/ou de fluidité des couleurs dépend de la créativité de l’artiste; à noter cependant qu’il est préférable de travailler en superposition maigre sur gras, car  la superposition de gras sur une couche plus maigre ne fonctionne pas toujours adéquatement.

Généralement on liquéfiera les encres afin de les amalgamer les unes aux autres mais parfois il sera souhaitable de les épaissir avec des médiums durcissant tel que le “Tack thichkener” ou le “Akua Mag Mix”.

Il existe aussi d’autres médiums pour modifier l’aspect et les propriétés des encres; ceux-ci sont à employer avec précautions.

Les produits Akua, contrairement à ces homologues, sont plus faciles d’emplois car ces couleurs ne dégagent pas de vapeur nocive et le nettoyage des outils se fait simplement avec de l’eau et du savon à vaisselle.

De plus un équipement minimal de base est suffisant pour s’amuser avec la technique du monotype. Le matériel de base est du papier, un rouleau Speedball, une surface de plastique et/ou plexiglas, 3 couleurs primaires (rouge, bleu, jaune) du blanc, du noir, spatules et pinceaux, un médium transparent et un médium antiadhésif et des chiffons suffiront.

Description des produits Akua
26 couleurs Intaglio, base soya, plus épais.
21 couleurs Liquid Pigment , base de Gomme, plus fluide.

Release Agent/Antiadhésif : permet de facilité le transfert de la couleur, idéal pour les impressions fantôme*
* un impression fantôme est la deuxième impression fait à partir de la même surface peinte. Appliquer une mince couche, attendre 3 minutes avant de procéder à l’impression.

Mag Mix : formulé pour durcir l’encre Intaglio. Ne pas employer avec les encres Liquid pigment.

Transparent Base/Base transparente : permet de réduire l’opacité, rend les couleurs Liquid Pigment et les Intaglio plus transparentes.

Tack Thickener/Épaississant : produit à utiliser avec les Liquid Pigment afin de les rendre moins
fluide, ce produit ambré a la consistance de la mélasse.

Extender/ Amincisseur : à utiliser avec les encres Liquid Pigment lorsque celles-ci deviennent trop ‘’collantes’’. Ne pas utiliser avec Intaglio.

Retarder/Retardateur : à utiliser uniquement avec les encre Liquid Pigment, afin de retarder le
séchage.

Blending medium/Médium amalgame : produit qui facilite l’amalgame des couleurs Liquid Pigment et/ou Intaglio les unes avec les autres.

Pin Press/presse manuelle : presse portable conçu en métal lourd pour faciliter le report de vos impression sur le papier; idéalement pour imprimer par exemple des impressions pointe sèche.

Wiping Fabric/chiffon : polyester non pelucheux pour nettoyage et/ou essuyer l’excédent d’encre sur une surface.

Bellows/Bouteille soufflet : petite bouteille avec embout fin pour créer de dessins délicats.

Vous souhaitez en savoir davantage sur les encres Akua

voir: www.speedballart.com

Autres sites de référence :

https://www.youtube.com/results?search_query=akua+inks

https://www.youtube.com/results?q=belinda+del+pesco

https://talleenart.wordpress.com/

http://monotype.ca/

www.labelestampe.fr

Anne-Marie Boisvert
Artiste, bloggeuse

kama

Bâtons à l’huile Kama pigments

Au banc d’essai les bâtons à l´huile Kama pigments, une manière de renouer avec la peinture à l’huile que j’ai avouons-le abandonné depuis la découverte de la peinture acrylique.

Je suis de nature impatiente, la peinture à l’huile ne sèche pas assez vite à mon goût. Ceci dit, les bâtons a l’huile Kama pigments sèchent beaucoup plus rapidement que la peinture à l’huile en tube traditionnelle. On prétend que celle-ci sèche dans un délai entre 24 et 48 heures généralement, selon la technique, l’épaisseur employée bien entendu.

Personnellement j’apprécie cette forme de peinture pour son aspect pastel à l´huile, son application s’apparente à la technique du dessin ce qui permet une gestuelle très intéressante et un rendu permettant une texture différente.

Cela est parfait pour les peintres qui aiment peindre sur le motif, puisque le matériel se transporte facilement et son utilisation permet de faire de jolies pochades rapides.

Disponibles dans une variété de couleur ici le projet, élaboré en guise d’exemple, a été peint avec que quelques couleurs de base seulement.

Les couleurs sont miscibles entre elles, nul besoin d´en avoir une quantité astronomique, quelques couleurs suffisent pour créer directement sur le support et/ou en les mélangeant sur la palette.

Les bâtons à l’huile s´utilise comme une craie, cependant lors de l´entreposage vous constaterez qu’une fine pellicule se forme sur le bâton, il faudra peler délicatement le bout de cette “craie” avant l’utilisation. On peut “crayonner” directement sur le support, superposer les couleurs etc., si besoin est, simplement nettoyer le bout du bâtons souillé à l´aide d’un papier absorbant.

Les bâtons à l’huile peuvent être utilisés avec la peinture à l’huile traditionnelle de même qu’avec les huiles, solvants et médiums généralement utiles en peinture à l’huile.

Ici-bas les couleurs employées et testées, de même que des exemples prouvant que l’on peut les mélanger, les liquéfier avec des médiums à peindre etc. On peut les travailler à la spatule, suffit d’en prendre un morceau à l’aide de l’outil.

Tout comme pour la peinture à l’huile traditionnelle il faut respecter la règle de gras sur maigre, procéder en mince couche et/ou additionner un médium adéquat pour favoriser l’adhérence et les superpositions de couleurs.

Le projet en exemple a été réalisé rapidement “Alla prima” Pour fondre les couleurs les unes avec les autres une brosse plate en soie de porc est efficace. Pour nettoyer le pinceau un solvant sans odeur est adéquat.

Les bâtons à l’huile Kama Pigments sont bien dosés, très “pigmentés”. Comme certains pigments sont toxiques je recommande le port de gants et/ou de lotion conçu pour cette tâche si vous les manipulez avec les doigts. Ils sont composés de pigments, de cire et d’huile. 40 couleurs sont disponibles et cela en 2 formats (diamètre  1/2 ou 3/4 de pouces)

J’adore travailler avec ce type de médium particulièrement parce que cela me permet de laisser des traces, tel des traits, des lignes, des hachures etc.

Vous trouverez d´autres informations utiles via http://www.kamapigment.com/

http://www.kamapigment.com/store/index.asp

http://www.kamapigment.com/fr/produits/batons-a-l-huile.html

Anne-Marie Boisvert
Artiste, éditrices, bloggeuse et conseillère artistique

Avertissement : Les informations contenues dans cet article sont données en toute bonne foi. N’ayant aucun contrôle sur les connaissances du lecteur, nous nous dissocions des résultats qui pourraient s’ensuivre

etiquette

Comment lire une étiquette

Chaque discipline artistique a son médium dédié; l’artiste le choisira en fonction de sa qualité, du résultat souhaité, de la disponibilité et/ou de son aspect économique.

Si ‘’le produit’’ recherché n’est pas disponible sur les étalages, il est possible de choisir une équivalence.

Pour trouver une équivalence il est essentiel de savoir lire une étiquette. Dans le cas des couleurs on notera les icônes pertinentes pour pouvoir comparer et substituer.

À savoir et à lire sur les emballages des peintures :

Permanence : fait référence à la stabilité de la couleur à la lumière, sa durée dans le temps

I ou *** : excellente solidité

II ou ** : bonne solidité

III ou * : solidité modérée

Apparence : fait référence à son aspect.  Opaque, semi opaque, semi transparent ou transparent.

Ingrédients : pigment organique, inorganique (synthétique) et liant
En ce qui concerne le liant;
Peinture à l’huile : contient de l’huile de lin, huile de lin purifiée, huile d’œillette, huile de tournesol, huile de noix, etc.
Aquarelle : gomme arabique, miel
Peinture acrylique : émulsion polymère

À propos des pigments :

On trouve des mono pigments (pure, unique) ainsi que des multi pigments (mélange).

Les pigments sont les matières colorantes contenues dans la peinture.

Chaque couleur est identifiée par des lettres suivie de chiffres, les abréviations ici-bas vous donneront la composition de chaque couleur proposée sur les présentoirs.

Il est essentiel de bien examiner ces abréviations pour comprendre et choisir des équivalences. Par exemple,  un bleu de Cobalt dans une marque n’est possiblement pas fait avec la même ”recette” d’un manufacturier à l’autre; pour s’en assurer l’étiquette renferme les informations pertinentes pour en juger.

Exemples pour la peinture acrylique

Bleu de Cobalt Liquitex =PB28

Bleu de cobalt Tri-art= PB28 tandis que la version (imit. ou hue) est PB29+PW6+PB15 :3

Ici-bas deux couleurs portant le même nom mais évidemment pas la même recette (jaune de cadmium moyen)

Que veulent dire ces abréviations (Symboles)

P = pigment
CA = colorant acide
CB = colorant basique
CC = colorant de cuve
CD = colorant direct
CF = colorant alimentaire
CR = colorant réactif
CS = colorant solvant
N = pigment naturel
B = bleu
BK = noir
BR = brun
G = vert
M = métallique
O = orange
R = rouge
V = violet
W = blanc
Y = jaune

Comme vous pourrez le constater, certaines couleurs sont fabriquées à base de colorant (hue) plutôt qu’avec des pigments véritables.

Les pigments véritables sont plus stable, plus durables mais ils coûtent plus cher.

Les pigments d’imitation (hue) sont moins stables et moins durables mais elles sont plus économiques.

Les couleurs véritables colorent différemment, vous n’avez qu’à comparer les nuances obtenues lorsque mélangées avec du blanc de titane à part égale avec un mono pigment et la version semblable (hue) pour en faire la constatation.

On choisira nos couleurs en considérant nos besoins personnels et les résultats souhaités. Il n’y a aucune honte à utiliser une imitation de couleur car les manufacturiers ont grandement améliorés leur produit au fil des années; mais les pigments véritables ne peuvent pas être remplacés à 100%.

Saviez-vous qu’il existe des pigments transparents et d’autre nécessairement opaques? Que plusieurs sont d’apparences  brillants et d’autres plus mats?

Par exemple :

– le bleu outremer (PB29) est toujours  transparent.

– le blanc de titane est plus opaque que le blanc de zinc.

Faite le test suivant : mélanger du bleu outremer avec un blanc de zinc et ce même  bleu outremer avec un blanc de titane et observer la différence.

Liens pertinents

http://www.pebeo.com/Pebeo/Comprendre-nos-etiquettes

http://www.amylee.fr/2014/08/explication-des-symboles-sur-la-peinture-acrylique/

https://www.royaltalens.com/fr-fr/marques/amsterdam/

Anne-Marie Boisvert
Artiste, éditrice, bloggeuse et conseillère artistique

 Avertissement : Les informations contenues dans cet article sont données en toute bonne foi. N’ayant aucun contrôle sur les connaissances du lecteur, nous nous dissocions des résultats qui pourraient s’ensuivre.

tamia

Le Scratchboard ou l’art du Scratch

Le ScratchboArd aussi appelé l’art de la cartogravure est une discipline qui consiste à soustraire une mince couche d’encre noir appliquée sur surface généralement blanche. La surface la plus utilisée est un panneau de Masonite enduit d’une couche d’argile blanche ensuite recouverte d’encre noire.

Ce travail de ‘’grattage’’ se fait à l’aide d’outils pointus en métal, fibre de verre et autres selon la fantaisie de l’artiste.

L’idée ici consiste à révéler un ‘’design’’ en frottant délicatement la surface en effectuant des traits de différentes façons tel qu’illustré dans l’exemple ici-bas.

 

Il est important de travailler en effleurant la surface pour éviter de graver trop en profondeur; la surface de Masonite sous l’argile ne doit pas être révélée.

Les artistes adeptes du ScratchboArd travaillent un peu en pensant d’abord à la lumière, comme si on dessinait en blanc sur une surface noire finalement.

Le projet se présente bien en noir et blanc mais certain artistes préférerons colorer leur réalisation avec de minces couches d’encre, d’aquarelle, d’encre acrylique et/ou divers crayons à colorer. L’emploie du ‘’Airbrush’’ est souvent exploité par ces artistes.

Le ScratchboArd peut être réalisé sur une surface d’argile blanche que l’on colorera en couleur.

Les Scratchbord (noir) et les Claybord (blanc) sont disponibles auprès de la compagnie Ampersand. Cette entreprise offre aussi une variété de surfaces à peindre pour divers médiums spécialisés tels que l’encaustique, l’aquarelle, le pastel etc.

Vous souhaitez en savoir plus sur cette discipline, visitez le site de l’artiste québécois Maxime Thiffault qui est un artiste expérimenté et qui enseigne cette discipline impressionnante.

www.maximethiffault.com

www.scratchboardsociety.com

www.ampersandart.com

Anne-Marie Boisvert
artiste, éditrice, bloggeuse, conseillère artistique

crayon

Crayons à colorer

Crayons à colorer

Banc d’essai Tri-tone de Ko-I-Nor, Caran d’Aches Pablo, Derwent Coloursoft, Prismacolor Premier et Stabilo.

Le coloriage fait partie de notre apprentissage collectif des arts visuels, puisque cette créativité s’inscrit pour la plupart d’entre nous depuis la tendre enfance.

Le coloriage n’est pas nécessairement qu’une discipline destinée aux enfants; bon nombre d’adultes s’y adonnent régulièrement.

Le dessin et le coloriage est un art ‘’indémodable’’.

On dessine pour le plaisir de se dépasser artistiquement et on colore généralement pour le plaisir simple de se détendre.

L’art thérapie, les mandalas et la discipline du Zentangle sont en ce moment très populaires et contribuent au bien-être de tous et chacun.

Un crayon couleur est constitué de pigment, de cire, de colle et de résine et est recouvert de bois. On l’aiguise à l’aide d’un aiguisoir conçu pour cette tâche ou encore avec un couteau de type exacto et/ou en le frottant sur un papier abrasif.

Il existe plusieurs façons d’utiliser les crayons de couleurs, la planche ici-bas vous en dévoile quelques exemples :

Une petite étude comparative qui permet de découvrir vos préférences.

Les surfaces privilégiées pour dessiner sont les papiers, cartons, de couleurs et de textures différentes.

Les techniques couramment utilisées sont : l’estompage, l’amalgame et superpositions des couleurs, les hachures, le pointillisme, le polissage etc.

L’application des couleurs se fait de façon rotative, courbe, linéaire etc.

La pression exercée sur le crayon créera les différentes intensités.

Les crayons de couleurs sont compatibles avec la plupart des médiums artistiques et adhèrent sur presque toutes les surfaces. Amusez-vous à créer des textures à l’aide de pochoirs et/ou des surfaces texturées en dessous du papier (voir image à la une).

Les crayons de couleurs sont adéquats sur les surfaces poreuses, donc le papier et le carton conviendront davantage, le pastel, l’aquarelle et la plupart du matériel conçu pour le dessin sont des compléments intéressants à explorer.

Dans cette chronique nous vous proposons différentes façons d’utiliser vos crayons de couleurs, les possibilités sont innombrables et ce médium est accessible à tous et ne demande pas de grand déploiement et de grande installation.

L’estompage se fait parfois avec le bout des doigts et/ou à l’aide d’une estompe. On colore simplement puis on frotte délicatement la couleur pour enlever les traits de crayon.

Le polissage s’obtient avec la superposition du blanc et/ou d’un crayon ‘’Blender’’ conçu pour cette tâche (voir planche 1).

Il existe d’autres façons d’amalgamer les couleurs avec l’emploi de produit tel que de l’essence minérale, de l’huile pour bébé, de l’alcool isopropanol 99%. Dans ce cas précis assurez-vous de travailler sur une surface plus épaisse soit d’au moins 90 lbs. On privilégie l’essence minérale sans odeur et l’alcool isopropanol 99% car ceux-ci s’évaporent.

Les crayons de couleurs sont un moyen facile, accessible, pratique et économique pour s’amuser avec les couleurs.

On les transporte facilement avec soi, aucun médium ou surface encombrante n’est nécessaire pour avoir de l’agrément.

Que vous soyez un amateur ou un artistes plus expérimenté, les crayons de couleurs sauront vous plaire. Il en existe plusieurs gammes parfois dure, d’autres plus tendre, chacun les choisira selon ses besoins et ses préférences. Certain sont plus faciles à effacer que d’autre aussi.

De jolies pochades en plein air ou des croquis plus détaillés sont exécutés avec des crayons de couleurs.

L’équipe Diffuzart vous propose de vous familiariser avec ces dessins PDF.
dessins coloriage

Pour plus d’informations sur les crayons de couleurs consulter

http://www.prismacolor.com/products/colored-pencils
http://www.pencils.co.uk/en/gb/4394/coloured-pencils
www.chartpak.com
www.kohinoorusa.com
http://pencilartsociety.com/fr/
www.coloriages-adultes.com
www.manonleclerc.jimdo.com
http://lescreationsdhelene.blogspot.ca/2013/01/tutoriel-avec-les-crayons-prismacolor.html?m=1

Anne-Marie Boisvert
artiste, éditrice, bloggeuse, conseillère artistique
Avertissement : Les informations contenues dans cet article sont données en toute bonne foi. N’ayant aucun contrôle sur les connaissances du lecteur, nous nous dissocions des résultats qui pourraient s’ensuivre.